Sauver le monde : Comment regagner le terrain, quelle est la recette ?

Depuis hier Nessy du loch a commencé une série sur « sauver le monde« . Nessy est une connaissance de blog ancienne. Nous étions un petit groupe entre 2005 et 2007 a beaucoup bloguer sur nos interrogations écologiques et du changement de la société. On se répondait souvent de blog en blog.

Sauver le monde : l’avant et l’après Copenhague

En 2007 jusque Copenhague, l’écologie a été portée par un vrai souffle. il y avait une envie, les medias étaient en train de reprendre le sujet. Il y avait des mouvements enthousiastes un peu partout dans le monde qui se connectaient.Avant Copenhague, souvenez-vous : 50 journaux internationaux avait réalisé une Une commune pour encourager ce grand sommet de la cause commune et vouloir croire à son succès.

Copenhague a échoué. La communauté internationale a montré son immaturité à enfin agir pour ce qui nous rassemble. Ca a été un échec climatique. ca aussi été un échec psychologique. On a minimisé l’échec de Copenhague. Feuille blanche. Un ovni juridique. C’est à dire que de mémoire d’ONU, les négociateurs n’avaient jamais été confrontés à ce genre de document. Ici en France (je ne sais ailleurs) les media se sont tus sur le sujet, le Grenelle même, était passé de mode.

Nicolas Hulot a disparu des écrans de télévision , Arthus aussi, et les péripéties électorales vertes ont fini de faire tendre les micros. Et depuis, quel média  accorde de la colonne de journal ou de l’espace sur l’écran pour parler de ces grands enjeux : changement climatique, disparition des sols, écosystèmes régulateurs à genoux… ?

C’est grave. L’heure est vraiment grave. les sécheresses et inondations à répétition de 2010, 2011, 2012 mettent les productions agricoles à mal. Au nord, l’arctique bulle, avec une expansion rapide, ce qui témoigne de l’échappement tant redoutés des hydrates de méthane des fonds polaires. Personne ne peut plus affirmer que nous n’avons pas  franchi les seuils de basculement vers un autre système, absolument inconnu….

Vous m’excuserez de ne pas répéter l’explication de tous ces phénomènes… On l’a fait tant de fois. Aujourd’hui, il est temps de passer à autre chose.

« Nous n’avons pas à sauver la planète, nous avons à sauver le monde*. Les gens. Toi ! »

Nous sommes si nombreux à avoir cette prise de conscience et avoir envie d’autres choses. A en avoir marre de cette société qui bascule vers tous les excès et montre les signes flagrants de sa décadence (de cadere, tomber), c’est à dire de sa chute. Tout simplement.

On ne pourra pas sauver ce système sociétal là. Et est-ce souhaitable ? Tant  des valeurs sur lesquelles il s’est fondé montrent ses limites….

Mais comme le dit Nessy, Nous pouvons sauver le monde. « Nous n’avons pas à sauver la planète, nous avons à sauver le monde*. Les gens. Toi ! »

Nous, êtres humains, nos besoins sont immuables : amour, liberté, réponse à la soif d’apprendre, intégration dans un tissu social… Le système actuel ne répond plus à aucun de ces besoins. Et là où il avait progressé, la liberté, l’éducation, il régresse à une rapidité que jamais je n’aurai imaginé. Naïvement je croyais qu’ils étaient des acquis et ne pouvaient que progresser. Ajoutons à cela nos besoins fondamentaux : se nourrir, s’abreuver, respirer, disposer d’un abri… Même cela, le plus fondamental, le commun à toute vie, ce système le met en danger.

Nos besoins sont donc immuables. Mais nos systèmes de société ne le sont pas. Et aujourd’hui c’est l’heure. Elle a sonné. il faut en changer. Les craquements ne sont plus des fissures, des pans entiers s’effondrent sous nos yeux. iI faut bouger, quitter cet habitat là : il s’écroule. Et en construire un autre.

Nous sommes des réfugiés systémiques.

Une autre société est en train de se former

Alors, ce qui dans ce drame -quelle sera la suite de l’histoire ?- est très rassurant, c’est qu’il existe déjà une autre société en train de se former.

Ce ne sont pas des réfugiés du Larzac, non. C’est différent cette fois-ci. Ce sont des milliers de gens qui n’ont pas quitté leur famille, leur métier, ils sont toujours là au milieu de cette société. Mais ils pensent autrement. Ce sont des gens comme Nessy, comme moi, comme certains de mes voisins, des collègues ou des telespectateurs avec qui j’ai l’occasion d’échanger. Nous ne cherchons pas à être « plus fort, plus beau, plus puissant, plus plus… » non, nous aimons prendre soin. Prendre soin de nous, de nos proches, de nos paysages… Un peu de douceur bordel !

Certains ont fait un sacré chemin depuis leur prise de conscience : ils consomment autrement, montent des entreprises autrement, produisent, vendent autrement…. Ils travaillent ou utilisent le fruit de leur travail à -enfin- quelque chose qui fasse sens. Et il y a tant à inventer que ça bouillonne. D’autres cherchent. Et entre tous ces gens , des liens sont en train de se former, ça s’accroche, se ramifie, se densifie. Ca échange, ça s’amuse, ça s’informe, ça se refile des adresses, des astuces, des opinions… Le foisonnement d’expressions, de pensées, de techniques, d’idées, d’outils que l’on trouve aujourd’hui est impressionnant. Dans les évènements locaux, sur Internet, dans les librairies  et même dans les commerces. Etonamment alors que nous sommes en train de perdre la bataille politique, médiatique, la base de ceux qui changent n’a jamais été aussi touffue, diverse et dense. Mais comme nous n’avons pas le temps pour attendre que ça change de soi-même, cela ne suffit pas. Il faut que le débat revienne sur la place publique. Quand on perd la bataille médiatique, on perd la bataille politique…

Comment regagner le terrain, quelle est la recette ?

Alors comment regagner le terrain ? Comment faire que nous nous réveillions collectivement et affirmons ce braquage de guidon ? Je n’ai pas la réponse. Je vous soumets la question. Nous avons tout les ingrédients. Quelle est la recette ?

 

5 commentaires vers "Sauver le monde : Comment regagner le terrain, quelle est la recette ?"

  1. Nessy's Gravatar Nessy
    29 août 2012 - 21:45 | Lien permanent

    Ah merci Isabelle ! Tu exprimes à merveille ce qui me tournait dans la tête depuis un peu. C’est vrai que Copenhague nous a fait beaucoup de mal. Reprenons joyeusement nos échanges bloguesques ! Nous sommes les medias, nous gagnerons cette bataille aussi. Je crois qu’une des recettes se trouve là, dans l’échange d’idées, de réflexions, de trouvailles. Comme tu le remarques ça bouillonne de partout, mais il faut le voir et le montrer. Un nouveau monde émerge de l’ancien, il est optimiste et dégage une énergie pas croyable. Parlons-en, que ceux qui veulent sauver le monde soient au courant qu’ils ne sont pas des îlots esseulés. Nous avons tellement de trucs à nous échanger ! Quant à la politique… celle d’aujourd’hui devient peu à peu obsolète, on va la hacker également ;)

  2. Gildas Layec
    30 août 2012 - 04:00 | Lien permanent

    Votre texte et celui de Nessy interrogent judicieusement et à point nommé. Evident que le chantier est protéiforme, gigantesque, incontournable pour des raisons d’éthique. Quant à la recette elle sera multiple, chacun faisant de son mieux dans son coin créant des liens et se reliant sur l’essentiel. Ce qui veut dire des nouvelles formes structurelles vont émerger conscientes que nous sommes individuellement, personnellement la structure dont on veut nous exclure pour des raison économiques, politiques, etc…

  3. Shabnam
    30 août 2012 - 06:26 | Lien permanent

    Bel article qui pose bien un sentiment partagé.

    Je ne sais quelle rst la recette: mais je crois savoir qu’une partie de la recette est de ne plus mettre son énergie dans des choses qui ne fonctionnent. Ne plus tenter de sauver des choses qui doivent se terminer et laisser la place à de jeunes pousses.

Les commentaires sont fermés

3 Trackbacks vers "Sauver le monde : Comment regagner le terrain, quelle est la recette ?"

  1. Sauver le monde : Comment regagner le terrain, quelle est la recette ? | eco-echos | Objectif Transition | Scoop.it
    sur 30 août 2012 at 04:33
  2. Objectif Transition » Sauver le monde : Comment regagner le terrain, quelle est la recette ?
    sur 30 août 2012 at 07:06
  3. Sauver le monde : Comment regagner le terrain, quelle est la recette ? | eco-echos - Développement durable & autres considérations | TRANSITURUM | Scoop.it
    sur 30 août 2012 at 07:27